Techniques de chasse des oiseaux

Les techniques de chasse en haut vol:

DSC09605.jpg   On retrouve dans les oiseaux qui utilisent les techniques de chasse en haut vol essentiellement les faucons qui sont les rapaces les plus aériens et plus rapides. En dehors de leur vue perçante,leur morphologie est telle qu’ils sont dotés de muscles pectoraux puissants leur permettant le fameux vol battu qui les caractérise, pouvant les porter en altitude à la recherche des courants ou leur permettre la poursuite de leurs proies sur de longues distances.


La technique générale de chasse du faucon consiste à prendre discrètement beaucoup d’altitude, afin de ne pas être repéré par ses proies, et d’attendre qu’elles passent en contrebas afin de les attaquer au bon moment en déclenchant un piqué, et avec la vitesse de ce dernier de percuter l’oiseau, qui assommé sera récupéré en vol lors d’une « ressource » du faucon.

 

 

  Les viTechniques de chassetesses atteintes au cours de certains piqués sont difficilement mesurables, mais dépassent les 400 Km/h ,pour le faucon pèlerin. D’après certains ornithologues, certains oiseaux comme les pigeons sont parfois coupés en deux lors du choc avec le faucon.

 

La chasse en vol stationnaire:

   Autre technique: le vol stationnaire, surtout employé par le faucon crécerelle mais parfois aussi par les buses, busards, chouettes hulottes et hiboux des marais.

    A 30 ou 40 mètres du sol, le rapace est difficilement repérable. En l’air, en train de guetter, le faucon bat rapidement des ailes, sans donner une grande amplitude à ses mouvements. Sa queue est largement déployée en éventail, au point que ses grandes plumes sont séparées les unes des autres. Il la bouge sans cesse, pour se maintenir en équilibre, à peu près immobile. La tête penchée vers le sol, il scrute. Si rien ne bouge, il quitte son poste après quelques minutes et s’éloigne en volant naturellement. Si une proie est repérée, il plonge en une descente brutale, freine en un vol plané tout en souplesse jusqu’à deux ou trois mètres du sol, puis se laisse tomber comme une pierre, ailes repliées et serres en avant. Un peu d’agitation au sol, et, si la chasse a été bonne, l’oiseau s’envole avec sa prise dans l’une de ses serres jusqu’à un perchoir où il la dépecera