Effraie des clochers

Effraie des clochers (tyto alba)

image.jpg

 

 

Description

 

L’Effraie des clochers est un rapace nocturne de taille moyenne au corps élancé prolongé de longues pattes et aux ailes larges et longues.

L’aspect général du plumage apparaît assez clair. Les parties supérieures du corps sont jaune roussâtre avec des plumes marbrées de gris et de brun pâle ponctué de petites taches blanches à bout noir en forme de gouttelettes. Le dessous est entièrement blanc plus ou moins tacheté de brun foncé à la poitrine et aux flancs selon le sexe et l’âge des oiseaux.

La grosse tête se caractérise par la présence d’un disque facial blanc argenté cerné de brun en forme de cœur, contrastant fortement avec les yeux noirs. Le bec est blanc jaunâtre, les doigts gris ou jaunâtres ; les ongles sont bruns. Les rémiges sont blanches et jaunes roussâtres, marbré de gris. Le mâle et la femelle sont identiques mais cette dernière est légèrement plus grande.  La longueur totale du corps est d’environ 35 cm. Son poids est de 315 g de moyenne chez le mâle et de 340 g chez la femelle.

 

Le vol

 

L’Effraie pratique un vol lent et souple souvent avec les pattes pendantes observées lors des ralentissements ou des battements d’ailes sur place. Comme chez un grand nombre de rapaces nocturnes, le vol est particulièrement remarquable par son extrême silence.

 

Caractéristiques vocales 

 

Les expressions vocales de l’Effraie sont très variées. Le répertoire comprend des ronflements au rythme très irrégulier et des chuintements prolongés. En vol, on note des cris aigus, stridents et tremblés. Le cri d’alarme correspond à un long cri grinçant. Les adultes et les jeunes soufflent et claquent du bec lorsqu’ils sont inquiétés.

Il n’y a aucune ressemblance avec les autres rapaces nocturnes de taille identique qui sont nettement plus foncés et qui portent des masques faciaux de forme et de coloration différentes.

Répartition géographique

Dans le Monde

Représentée par 28 sous-espèces dans le monde, l’Effraie des clochers occupe une vaste aire de répartition englobant les régions chaudes et tempérées des 5 continents. Elle est peu répandue en Asie. La majorité des zones désertiques sont évitées.

En Europe

L’espèce se reproduit communément dans toute l’Europe, sauf dans les pays scandinaves. Les pays situés à l’est du continent accueillent de faibles populations.

En France

En France, l’Effraie se reproduit sur l’ensemble du territoire, excepté dans les zones montagneuses des Alpes, des Pyrénées, et du Massif central.

Habitat

L’Effraie habite généralement des milieux ouverts et bocagers situés à proximité des constructions humaines. Les territoires de chasse préférentiels comportent une forte proportion de prairies naturelles, de lisières de champs, de haies ou bois ainsi que des friches, jachères et vergers. Les marais intérieurs ou littoraux, ainsi que les zones de grandes cultures sont également fréquentés.

En revanche, les grands massifs forestiers sont rarement occupés. Les sites de nidification et de remises diurnes se situent le plus souvent au voisinage immédiat de l’homme dans les hameaux, les villages et jusqu’au cœur des villes, moins fréquemment dans des falaises ou des massifs boisés.

Le nid est installé habituellement dans des bâtiments anciens assurant un minimum d’espace sombre (granges, greniers de ferme ou de maison peu fréquentés, églises, châteaux, pigeonniers et dans des cavités (arbres, falaises). La nidification dans les arbres ou les falaises est très rare dans les régions du nord et de l’est de la France, alors qu’elle paraît nettement plus fréquente sur les façades atlantiques et méditerranéennes.

Régime alimentaire et territoire de chasse

Les campagnols, les muridés et les musaraignes composent l’essentiel de son menu. En France, les campagnols peuvent représenter 50 à 80 % du régime alimentaire. Pour le reste, Il s’agit principalement de passereaux, plus rarement d’insectes, de chauves-souris et d’amphibiens. La consommation journalière d’une Effraie adulte se situe entre 70 g et 105 g de proies.

Reproduction

Espèce monogame, l’Effraie peut se reproduire dès l’âge d’un an mais beaucoup d’oiseaux, notamment les mâles attendent l’âge de deux ans. S’installant sur le site de nidification en février ou mars le couple devient très actif, les parades nuptiales commencent. Schématiquement, elles comportent des vols nuptiaux exécutés par le mâle, des poursuites sexuelles très bruyantes et des offrandes.

Le couple ne semble pas obligatoirement uni pour la vie, mais serait plutôt fidèle au site de reproduction.

L’espèce ne bâtit pas de nid et se contente d’aménagements sommaires. Le nid consiste en une petite cuvette creusée sur un tas de vieilles pelotes désagrégées.
Le volume de la ponte est très variable. Il atteint 2 à 14 œufs (6 en moyenne). L’incubation assurée uniquement par la femelle débute souvent dès la ponte du second œuf et dure en moyenne 32 jours.

 

Les moeurs

 

L’Effraie n’est pas un oiseau migrateur. Les adultes semblent généralement sédentaires. Pendant la journée, l’oiseau reste caché, seul ou parfois en couple dans un gîte (grenier, grange, clochers, trou d’arbre, lierre, conifère, …) habituellement à l’abri des intempéries ou encore du harcèlement des autres oiseaux. L’activité diurne est occupée principalement par la digestion et se réduit à de longues séances d’assoupissement et d’entretien du plumage.

Dans certaines régions ou pays, notamment les Iles Britanniques, l’espèce est couramment observée chassant le jour à la période d’élevage des jeunes ou en hiver lorsque les proies se font rares. L’activité de chasse semble intense surtout en début de nuit, s’interrompant par des périodes de repos au cœur de la nuit, pour reprendre avant l’aube.